Les dépenses consacrées au logement ont flambé en 30 ans

Publié le 23 Décembre 2019

Partager :

Les dépenses consacrées au logement ont flambé en 30 ans

    • Par Guillaume Errard
    • Mis à jour 
    • Publié 

../office11/guyhoquet_sixfours/catalog/images/news/258677.png

Sous l’effet de l’envolée des prix et de la baisse spectaculaire des taux d’emprunt, les dépenses totales en logement ont été multipliées par plus de 2 en 30 ans.

1/5

En France, les prix de l’immobilier grimpent et l’endettement des Français avec eux. Les emprunteurs profitent des conditions avantageuses offertes par les banques (taux bas, durées plus longues...). Cette situation inquiète les autorités qui demandent aux établissements financiers de serrer un peu plus la vis.

 

En près de 60 ans, la part des dépenses de logement dans le budget des Français a plus que doublé, passant de 11% à 27% aujourd’hui, selon la Commission des comptes du logement. À titre de comparaison, le poids des dépenses consacré à l’alimentation a été divisé par deux sur la même période.

 

Deux explications: d’une part, la hausse des dépenses courantes des occupants: +188% depuis 1990, soit une augmentation moyenne anuelle de près de 7%. C’est notamment le cas des loyers dont l’indice a grimpé de plus de 78% depuis 1990, selon l’Insee. D’autre part, les dépenses d’investissement ont également flambé: +114% soit une progression moyenne annuelle de 4%. Elles recouvrent l’acquisition de logements neufs et de terrains à bâtir mais aussi les travaux d’entretien et de rénovation. Or, grâce à des taux d’emprunt ou des avantages fiscaux attractifs, les Français ont de plus en plus investi dans l’immobilier (voir ci-dessous).

Sur la même période, l’inflation a augmenté plus modérément: +2,1% par an entre 1986 et 2001 et +1,4% par an depuis 2002 et le passage à l’euro, selon l’Insee.

 

L’envolée des dépenses courantes est d’autant plus inquiétante qu’elle s’accompagne, pour plusieurs millions de Français, d’une baisse des aides au logement. Pour la première fois depuis 2008, leur montant est passé sous la barre des 40 milliards d’euros. Conséquence logique: leur part dans les dépenses courantes est passée sous la barre des 6%. Du jamais vu depuis plus de trente ans!

Partager :